Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

H. SAGESSE

28.01.2001

אזגתצ

« Il faut garder la peau du raisin dans le pressoir »

זג : la peau du raisin

גת : le pressoir

גצר : garder, conserver

 

Ce message imagé m'a longtemps intriguée. Mais en creusant un peu, je lui trouvai les sens suivants : " On doit aller au-delà des apparences" ; ou bien : "Ne garder que ce que contient de bon le fruit, la peau n'est pas toujours digeste, ainsi les épreuves et difficultés de la vie doivent être dépassées pour ne retenir que leurs enseignements.

***

 

14 février 2001 :

 

   Je viens de finir la lecture du livre de Jean Vernette : « Les Mystères de l’Occulte et de l’Etrange ».

Je reconnais la difficulté de se retrouver dans tout le « galimatias » des sciences dites paranormales, et la prudence dont on doit faire preuve face à toutes ces pratiques de « l’occulte ».

   Ce qui est sûr, c’est le désir très fort de l’homme de dépasser sa condition matérielle pour donner à son esprit une nourriture intellectuelle et spirituelle. Apparemment la recherche scientifique n’est pas mise en cause ici ; mais, peut-elle être compatible avec l’élan spirituel ?

   Je sais que la Foi ne s’accommode pas toujours du scepticisme. Et pourtant il y a de forts doutes émis dans ce livre. Et si elle devait parfois dépasser le doute ? Certes, la pratique d’utilisation des sciences occultes au profit matériel et de pouvoir, constitue un outrage au don que Dieu accorde pour la recherche de ses mystères. Et l’envie qui nous anime d’élever notre âme vers sa Haute Sagesse.

   Comme l’écrit Jean Vernette : « A quoi voit-on un signe divin ? … aux fruits qu’il produit».

   Pour ma part, et je demande souvent à Dieu si je l’offense, je reste dubitative devant les messages que je reçois, et que j’ai souvent du mal à interpréter. Toutefois, ils m’apportent tous à un moment ou à un autre une réponse à mes préoccupations, ou de façon plus générale, à celles qui tenaillent le monde et dont j’aperçois le reflet…

   Par ailleurs, ils me sont un baume et me procurent un encouragement à poursuivre ma tâche dans le quotidien et à m’ouvrir toujours davantage aux autres.

   « Il y a encore tant à faire ! Tant à faire ! » me dis-je souvent.

 

   Que de joie j’éprouve aussi quand la réponse qui m’est donnée correspond exactement à celle qui était attendue ; ce sont autant de petits miracles qui émaillent mes jours et éclairent mon parcours spirituel. La question qui se pose alors : N’y-a-t-il qu’un chemin pour aller vers Dieu ? Ou y en a-t-il autant que d’âmes naissantes et (ou) renaissantes ?

   Il faut prendre garde, c’est vrai, aux pièges de l’illusion dans lesquels on peut tomber et qui nous rendraient prisonniers de mots ou de situations de dépendance, sans recul ni réflexion.

   Les derniers messages vont dans ce sens et me recentrent sur l’essentiel, c’est-à-dire l’essence des choses, l’Essence Divine, la Source de Sagesse. Le « Saint du Saint ».

   A savoir, au-delà de la recherche, la confiance, donc la foi dans ce qui est le seul chemin à suivre, celui du Bien et de l’Amour des autres. Cette recherche n’est là que pour confirmer que tout n’est pas le fruit du hasard, et qu’il faut rester réceptif et en éveil.

   Il y a des réalités que la logique peut déduire, que l’intuition peut percevoir, que la méditation peut découvrir et relier. Les supports peuvent en être différents : musiques, images, lumières, goûts, parfums, associations d’idées, paroles autour de moyens qui sollicitent notre pensée et nous ouvrent à une autre vision d’un monde plus subtil et plus profond.

   Cette démarche spirituelle n’est utile que si elle  permet de mieux vivre avec soi-même et avec les autres. Que si elle nous apprend à aider le monde à trouver son harmonie. "   

 

     Dieu ne nous a pas laissés dans le silence de l'Univers sans nous parler à  l'esprit, au coeur et à l'âme : Il prend seulement  des chemins mystérieux pour attiser notre réflexion et nous appeler à  la Raison, à l'Amour et au Respect de la Vie qu'Il nous offre. Sachons l'accueillir avec reconnaissance.

 

 

ET DEPUIS ... ?

(7 novembre 2020)

        Lorsque je considère la période que nous vivons aujourd'hui, je constate que les hommes n'ont guère fait de progrès en matière de sagesse, d'amour et de compréhension de leurs semblables. On rejette toujours "l'étranger", celui qui ne nous ressemble pas, qui ne vit pas comme nous, qui nous fait peur car l'on craint qu'il nous envahisse et nous domine ou nous vole notre espace de vie...

   On ne se dit pas que l'Autre est un humain, comme nous, avec ses émotions, ses joies et ses peines, ses difficultés et ses souffrances. Qu'il a un coeur qui bat, comme le nôtre. Qu'il est né quelque part sur cette planète au milieu de milliards d'autres dans l'Espace Infini, ailleurs, où nous aurions pu naître nous-mêmes.

   Les croyances et les religions? S'il nous est possible d'imaginer l'existence d'un Dieu Créateur à l'origine de notre vie, pouvons- nous penser un seul moment qu'Il soit à ce point cruel qu'il nous incite à nous battre et nous exterminer les uns les autres ? ... 

   Lorsque je vois un enfant du monde, pour moi c'est un enfant plein de candeur et d'innocence, qui ne demande qu'à être aimé. En grandissant, il va être imprégné des influences des adultes qui l'entourent ou qu'il rencontre sur son chemin de vie. Ce sont le manque, la peine et la souffrance qui vont forger ses pulsions de colère ou de rancoeur, son caractère aigri, voire sa cruauté à l'égard des autres. Ce sont les peurs qui le minent ou qui le poussent à faire peur à son tour. 

   Qui parle "d'intelligence" ? Ah  certes, nous avons progressé en matière de découvertes techniques et scientifiques. Nous vivons dans un meilleur confort que celui que connaissaient les générations précédentes. Mais avons-nous progressé sur le plan humain ? Considérons-nous la Vie comme un bien fragile et précieux qu'il faut absolument préserver pour le bien de tous ? 

Nous sommes tous nés d'un miracle, alors apprécions-le comme tel.

Et s'il y a un Dieu et qu'Il nous aime _ ce que je crois_ , Il doit être bien triste de voir ce que font les hommes de ce cadeau qui nous a été offert... 

N'entendrons- nous pas l'avertissement du Seigneur? 

« Malheur à celui qui agit et attente avec violence à la vie ; cela est un crime que les juges puniront »

"On doit réfléchir entre les Nations (avant) de détruire (ma) maison par les armes ? "

 

     Et oui, les hommes orgueilleux recherchent le pouvoir afin d'exercer leur domination sur leurs congénères et les soumettre à leur volonté. Mais il est une autre forme de Bonheur comme nous le rappelle JOB :

 

Job 21.16: « le Bonheur n’est pas dans le pouvoir mais dans la Bonté

                Et la Joie qu’elle donne… »

 

 

 
Retour à l'accueil

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :